Bien souvent dans les contextes de grande précarité, l’assainissement n’est pas forcément perçu comme une priorité par les personnes concernées qui vont privilégier les problèmes liés à l’alimentation, au logement, à l’éducation, etc. En outre, dans certains contextes, les risques sanitaires liés à un assainissement de piètre qualité sont parfois mal compris voire totalement ignorés. Il est donc essentiel de replacer les futurs usagers au centre des projets afin de les sensibiliser à l’hygiène et à l’assainissement d’une part, et d’autre part de les responsabiliser notamment pour la phase de maintenance des installations sanitaires.

A travers une composante d’ingénierie sociale adaptée à chaque contexte, TDM va donc sensibiliser les populations concernées et les impliquer dans le choix des solutions d’assainissement. Ce travail d’ingénierie sociale commence en amont du projet avec une phase de diagnostic et de compréhension du contexte et se termine à la fin du projet une fois que les usagers ont pris possession des installations.

En outre, TDM a pour principe d’impliquer dans la mesure du possible les autorités locales que ce soit au niveau du quartier, de l’arrondissement, de la ville ou au niveau régional voire national. Dans la plupart des pays d’intervention de TDM, les Etats ont établi des politiques d’assainissement nationales parfois déclinées localement et il est donc essentiel de les prendre en compte dans la configuration de nos interventions.

Enfin, l’expérience de TDM montre que si le choix des systèmes d’assainissement est important dans la réussite d’un projet, l’un des principaux points à prendre en considération est la maintenance des systèmes construits. Qui va gérer la maintenance? A quelle fréquence? Quel en sera le coût? Qui paiera? Dans certains cas, ce seront les usagers, dans d’autres ce sera la collectivité locale, et il est donc primordial de les impliquer en amont afin d’augmenter les chances de pérennité de nos programmes.