La précarité sanitaire se définit comme la situation d’une personne ou d’un groupe de personnes n’ayant pas un accès suffisant à l’eau et à l’assainissement en termes quantitatifs et qualitatifs.

En France métropolitaine, près de 1,2 million de personnes n’ont pas accès à l’eau et à l’assainissement et près de 1,4 million de résidences ont des installations sanitaires dégradées et/ou des problèmes d’évacuation des eaux. Ce nombre se décompose comme suit:

+ 143 000 personnes sans domicile[1]

+ 85 000 personnes vivant dans des habitats atypiques[2]

+ 15 639 personnes vivant dans 539 bidonvilles[3]

+ 120 000 gens du voyage[4]

+ 39 000 personnes résidant des foyers de migrants insalubres[5]

+ 824 000 personnes vivant dans 206 000 résidences principales privées de confort[6] (pas eau courante, pas WC intérieur, pas d’installation sanitaire).

Depuis sa création TDM travaille sur cette thématique afin d’essayer de trouver des solutions d’assainissement écologiques adaptées à la diversité des situations rencontrées prenant en compte les différents intervenants souvent déjà présents sur site et parfois en partenariat avec des fabricants et/ou loueurs de toilettes sèches mobiles.

—–

[1] Enquête de 2012 sur les Sans Domicile de l’INSEE
[2] Recensement population 2006
[3] Etat des lieux DIHAL (Délégation Interministérielle à l’Hébergement et à l’accès au Logement) novembre 2016
[4] Chiffres issus et extrapolés de « Ancrage et besoins en habitat des occupants permanents de résidence mobile » de la FNASAT-FAP, octobre 2016
[5] FAP 22ème rapport sur le Mal Logement
[6] Enquête nationale du logement 2013 et calculs FAP 21ème rapport sur le Mal Logement